Liens

Catégories

Eoliennes : 5 % de la production électrique en France ..

Christo MICHE

Quelques infos récentes sur la filière éolienne sur Terre et surtout en Mer  :

Les plus hautes éoliennes de France inaugurées dans le Jura

La filière éolienne représente désormais près de 5 % de la production électrique totale en France, selon une étude du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Les 6 #éoliennes, inaugurées à Chamole dans le Jura, s’élèvent à 193 mètres. Leurs pales sont censées produire l’équivalent de la consommation électrique de 12 000 foyers.
Environ 630 personnes ont ainsi investi près d’un million d’euros dans une société en charge du financement et l’exploitation de l’une des éoliennes. Elle servira à l’avenir au développement d’autres projets autour des énergies renouvelables.
Les trois pales de chaque édifice sont accrochées à un impressionnant rotor de 115 mètres de diamètre. Les éoliennes atteignent leur puissance maximale lorsque le vent souffle à 12 m/s à hauteur des nacelles, situées à 135 mètres, « un phénomène très régulier », estime Hartmut Schulteis, chargé de l’exploitation du parc pour Enercon. « Au sol, la vitesse du vent est bien moindre que dans d’autres régions, mais ces éoliennes sont les plus hautes de France pour aller chercher cette vitesse »

https://www.ouest-france.fr/economie/energie/energie-eolienne/les-plus-hautes-eoliennes-de-france-inaugurees-dans-le-jura-5993052

La première éolienne offshore flottante de France

La France peut enfin se féliciter de compter une éolienne offshore dans son mix énergétique. Mardi 18 septembre, le réseau a en effet accueilli de l’électricité issue de la première turbine éolienne française installée en mer au large du Croisic (Loire-Atlantique).

Concrètement, il s’agit d’un immense bloc de béton évidé de forme carrée dont les propriétés hydrodynamiques lui assurent une stabilité à toute épreuve.Simple à construire et à entretenir, le Damping Pool est également un système très résistant (le béton peut résister jusqu’à 50 ans sans maintenance) qui est capable d’accueillir une éolienne classique sans modification majeure.

floatgen-jpg

À l’heure où la France n’est pas particulièrement en avance sur ses objectifs de production d’énergie verte, l’éolien flottant représente une solution viable pour renforcer la part du renouvelable dans notre mix énergétique.

La plupart des pays se lançant dans l’éolien offshore misent d’ailleurs sur la technologie flottante.

Contrairement à une éolienne posée sur le fond marin, une éolienne flottante repose sur un flotteur relié au sous-sol maritime par des lignes d’ancrage.

Cette technique permet ainsi d’installer des turbines dans des zones dont la profondeur excède les 40 mètres de profondeur, ce qui présente plusieurs avantages notables : réduction de l’impact visuel sur le paysage côtier, production plus importante grâce à la puissance des vents du large, installation en mer simplifiée, etc.

Les zones disposant du meilleur gisement en vent dépassent d’ailleurs rapidement les 50 mètres de profondeur. Ce qui est le cas pour la Bretagne ou la Méditerranée par exemple. Le potentiel français de développement de l’éolien flottant est ainsi estimé à 16 GW.

À l’heure où la France n’est pas particulièrement en avance sur ses objectifs de production d’énergie verte, l’éolien flottant représente une solution viable pour renforcer la part du renouvelable dans notre mix énergétique.

La plupart des pays se lançant dans l’éolien offshore misent d’ailleurs sur la technologie flottante.

Contrairement à une éolienne posée sur le fond marin, une éolienne flottante repose sur un flotteur relié au sous-sol maritime par des lignes d’ancrage.

Cette technique permet ainsi d’installer des turbines dans des zones dont la profondeur excède les 40 mètres de profondeur, ce qui présente plusieurs avantages notables : réduction de l’impact visuel sur le paysage côtier, production plus importante grâce à la puissance des vents du large, installation en mer simplifiée, etc.

Les zones disposant du meilleur gisement en vent dépassent d’ailleurs rapidement les 50 mètres de profondeur. Ce qui est le cas pour la Bretagne ou la Méditerranée par exemple. Le potentiel français de développement de l’éolien flottant est ainsi estimé à 16 GW.

https://www.lemondedelenergie.com/floatgen-eolien-electricite/2018/09/24/

La petite éolienne flottante Eolink dépasse les espérances de ses concepteurs
Le prototype à échelle réduite d’ #éolienne flottante Eolink va être ramené à quai prochainement. Elle vient d’achever des essais de tenue à la mer et de puissance plus que concluants. Prochaine étape : passer à un modèle quasi-taille réelle.
« Notre prototype d’éolienne a largement dépassé l’objectif de puissance attendu : nous avons atteint l’équivalent de 14 MW à taille réelle, un niveau supérieur aux 12 MW visés »

https://www.batiactu.com/edito/petite-eolienne-flottante-eolink-depasse-esperances-54162.php

L’éolien flottant devient le nouvel enjeu de l’Ouest
En quelques années, la technologie des éoliennes flottantes a considérablement progressé. Le FWP Atlantic forum qui a lieu du 19 au 21 septembre à Brest et en Pays de la Loire, leur est entièrement consacré. L’éolien offshore (en mer) est l’énergie marine la plus utilisée dans le monde. Le Danemark pose ses éoliennes de 3e génération. Des projets émergent de la Scandinavie au Japon, de Taïwan au Canada… Sauf en France qui accuse un retard important en la matière.

En Pays de la Loire, les appels d’offres des deux premiers parcs éolien posés, au large de Saint-Nazaire (480 MW) et entre l’île d’Yeu et Noirmoutier (496 MW) datent de 2011 et 2013… « Il suffit de quelques personnes qui déposent un recours pour retarder un projet de trois ans », déplore Loïg Chesnais-Girard, président de la Région Bretagne.

En Bretagne sud, le projet Eolfi de ferme expérimentale d’éoliennes flottantes, entre l’île de Groix et Belle Île, doit être mis en service en 2020. Plus au large, une zone de 500 km2 a été validée le 6 juin lors de la Conférence régionale mer et littoral. Elle est destinée à produire 1 Gigawatt en 2030, soit la consommation électrique d’un million d’habitants.La Bretagne nord devra produire 0,5 Gigawatt. Cela représentera en tout 30 % de la consommation électrique de la Bretagne.

À moyen terme, « les éoliennes produiront de l’énergie pour transformer l’eau de mer en hydrogène que des bateaux viendront chercher pour faire fonctionner des voitures ou chauffer des maisons », détaille Dominique Moniot, directeur d’EMR ENGIE green.

https://www.ouest-france.fr/economie/energie/energie-eolienne/l-eolien-flottant-devient-le-nouvel-enjeu-de-l-ouest-5978244

Christo MICHE

Comments are closed.